Ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué




Ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué


Le marché s’attendait donc à quoi avec une alliance du mouvement 5 Etoiles et de la Ligue? On peut logiquement se poser la question quand on voit la superbe ignorance dont il a fait preuve à l’égard de la situation italienne. Depuis le soir des élections du 4 mars le marché n’a porté aucune considération aux possibles conséquences économiques d’un gouvernement ‘antisystème’ et tout à coup c’est la prise de conscience. La non compatibilité de l’éventuel programme du futur gouvernement avec les règles européennes inquiète subitement les opérateurs (européens uniquement) qui pourtant la semaine dernière ni accordait qu’une importance relative (aucun impact sur les marché européens) tout joyeux qu’ils étaient de célébrer une détente sur les questions des tarifs douaniers sino américains. Ce qui est assez cocasse c’est que c’est l’augmentation des dépenses publiques et la mise en place d’allègements fiscaux que préconiserait le nouveau gouvernement italien qui inquiètent le plus le marché alors qu’il s’en est réjoui et nourri tout au long de l’année 2017 aux États Unis. Sans faire preuve de discernement (dans un sens comme dans l’autre d’ailleurs) et oubliant que le président italien (on la rappelle une 3eme fois mais pour ce dernier, la notion de ‘Responsabilité’ est une notion fondamentale) peut refuser de signer toute loi qui s’inscrirait en contradiction avec la constitution, réduisant donc considérablement le pouvoir de ‘nuisance populiste’ du futur gouvernement, le marché trouve donc en Italie, une motivation pour souffler après 8 semaines de hausse. Avant de se projeter dans un scenario du pire à la grecque, et alors que le président italien vient d’accepter la nomination du juriste Giuseppe Conte (considéré par les observateurs avertis comme manquant d’envergure politique. Il a aussi très ‘maladroitement’ enjolivé son cv) comme chef du gouvernement italien, il conviendra de voir comment celui-ci va composer avec l’ego des 2 chefs de parti qui l’ont installé dans ce poste. Appliquer le contrat gouvernemental, comme il s’est engagé à le faire lors de sa première déclaration officielle ce soir, sera une tache largement plus délicate qu’il n’y parait. L’entente de façade entre le 5 Etoiles et la Ligue pourrait aussi souffrir d’un regain de popularité de la Ligue. D’ailleurs son chef de file, fort de sondages flatteurs à l’endroit de son parti, évoquait hier la possibilité de nouvelles élections. De même l’influence de Forza Italia auprès de la ligue pourrait se traduire par des postes ministériels que verrait d’un très mauvais oeil Luigi Di Maio, le dirigeant du mouvement 5 Etoiles. Avant de prêter à ce gouvernement des actions qui pourraient rendre nerveux le marché, ne sous estimons pas le fait qu’il ne pourrait guère durer ! De plus les écarts de taux italiens et la réaction du marché action seront des forces de rappel très importantes pour le nouveau gouvernement, qui devra raison garder et sera dans l’obligation de limiter ses velléités anti européennes. La période actuelle est toutefois intéressante car elle va permettre de tester le sentiment de marché et de vérifier si les ressorts ‘habituels’ d’achat sur repli fonctionnent toujours. La victime la plus symbolique du moment est l’EURO qui n’en finit plus de glisser contre USD, affichant désormais une baisse de prés de 6% contre USD depuis le 18 avril. Après les minutes de la FED et avant celle de la BCE (jeudi) Le dollar, porté par des estimations de croissance pour le 1er trimestre 2018 aux États Unis plutôt très flatteuses, ralentit son ascension contre EURO. Après avoir atteint les 1.1675 il transige au-dessus des 1.17. Il semble également y avoir une perception différente du cycle économique. Désormais, non seulement la modération salariale permet d’avoir une inflation toute en retenue, (la FED indiquant que ses préoccupations quant au niveau d’inflation sont plus faibles) mais surtout, elle permettrait de prolonger le cycle, vertueux, actuel.


Olivier Armangau




IMPORTANT DISCLAIMER

Ce rapport est publié par La Financière Constance Inc. (LFC) le 23 mai 2018 et s'adresse principalement aux investisseurs institutionnels. Il est fourni à titre de source générale d'information et ne doit pas être considéré comme un conseil en placement, une prévision ou une recherche, et ne constitue pas une recommandation, une offre ou une sollicitation d'achat ou de vente de titres dans un territoire quelconque ou d'adoption d'une stratégie de placement. L'information contenue dans ce rapport provient de sources jugées fiables ; cependant, l'exactitude et/ou l'exhaustivité de l'information n'est pas garantie par LFC, et LFC n'assume aucune responsabilité ou obligation de quelque nature que ce soit. Toutes les opinions exprimées sont sujettes à changement sans préavis. Les stratégies et véhicules d'investissement de LFC peuvent actuellement détenir des positions longues et/ou courtes sur les titres et dérivés mentionnés dans ce rapport. Le rendement passé n'est pas indicatif du rendement futur. Le présent rapport peut contenir des "informations prospectives" qui ne sont pas de nature purement historique. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas le rendement futur et comportent des risques et des incertitudes inhérents aux facteurs économiques généraux. Rien ne garantit que les énoncés prospectifs se réaliseront. Nous vous mettons en garde de ne pas vous fier indûment à ces énoncés, car un certain nombre de facteurs importants pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans tout énoncé prospectif formulé. Ce rapport ne peut être reproduit, distribué ou publié sans le consentement écrit de LFC.

© 2019 par La Financière Constance Inc.

Logo35.PNG