L’incertitude pernicieuse




L’incertitude pernicieuse


Il est probablement impossible que des informations pertinentes et complètes nous soient fournies lorsqu’une action militaire se prépare. Compte tenu de ce qui est disponible, il est plutôt très intéressant de voir que la France, mais aussi l’Angleterre et quelques pays du Moyen-Orient (dont l’Arabie Saoudite qui y voit une occasion rêvée d’affaiblir un peu plus l’influence Iranienne, et qui en plus continue de redorer son blason occidental) seraient prêt à envoyer des missiles de représailles et/ou à donner un soutien logistique suite à la nouvelle attaque chimique du régime syrien sur Douma. Alors que le raid israélien de lundi sur une base aérienne syrienne qui a tué 7 militaires iraniens (exacerbant un peu plus les tensions entre les 2 pays) était plutôt une surprise, la réponse que semble vouloir apporter les États-Unis et ses alliés de circonstance, relève plus d’un exercice médiatique que de représailles militaires. Comme pour les tarifs douaniers, cette action "punitive" vise principalement les opinions publiques. La population syrienne se fait massacrer depuis des années en toute impunité et tout-à-coup on agite le drapeau de l’indignation. Alors que l’axe inédit États-Unis / Israël / Arabie saoudite est une réalité, il ne faut pas exclure que les motivations de représailles soient moins nobles que celle que l’on nous vend. Les réticences affichées par la France ce matin (qui indique par la voix de son président que seules les capacités chimiques détenues par le régime doivent être visées, et qu’aucune escalade dans la région n’est souhaitée) illustrent certainement la complexité de la situation. Les commentaires russes consternant et la réplique, par tweet, tout aussi affligeante du président américain ce matin contribuent, même faiblement, à saper le sentiment de marché. Pris isolément la situation syrienne n’a jamais été un sujet pour le marché. Mais cela intervient après des épisodes douloureux (thème inflationniste, thèmes des technologiques, thème du ralentissement et thème des barrières douanières) qui apportent de l’incertitude, et donc impactent négativement le sentiment des investisseurs. Cette semaine encore les futures VIX sont toujours inversés, et le bêta du VIX au S&P500 est toujours asymétrique. Alors qu’en 2016 chaque baisse de marché était mise à profit pour vendre de la volatilité, il semblerait que depuis quelques semaines, chaque hausse de marché soit une occasion de déboucler des positions de vente de volatilité, contribuant ainsi à cette inversion qui dure désormais depuis près de 45 jours. En somme, le risque principal sur le marché est que les conditions financières mondiales se détériorent du fait de la succession des thèmes anxiogènes, avec pour conséquences un ralentissement de l’économie mondiale. Dans le même temps, les banques centrales réduisent leur injection de liquidité, réduisant la protection implicite à laquelle le marché a été habitué.

Olivier Armangau




IMPORTANT DISCLAIMER

Ce rapport est publié par La Financière Constance Inc. (LFC) le 11 avril 2018 et s'adresse principalement aux investisseurs institutionnels. Il est fourni à titre de source générale d'information et ne doit pas être considéré comme un conseil en placement, une prévision ou une recherche, et ne constitue pas une recommandation, une offre ou une sollicitation d'achat ou de vente de titres dans un territoire quelconque ou d'adoption d'une stratégie de placement. L'information contenue dans ce rapport provient de sources jugées fiables ; cependant, l'exactitude et/ou l'exhaustivité de l'information n'est pas garantie par LFC, et LFC n'assume aucune responsabilité ou obligation de quelque nature que ce soit. Toutes les opinions exprimées sont sujettes à changement sans préavis. Les stratégies et véhicules d'investissement de LFC peuvent actuellement détenir des positions longues et/ou courtes sur les titres et dérivés mentionnés dans ce rapport. Le rendement passé n'est pas indicatif du rendement futur. Le présent rapport peut contenir des "informations prospectives" qui ne sont pas de nature purement historique. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas le rendement futur et comportent des risques et des incertitudes inhérents aux facteurs économiques généraux. Rien ne garantit que les énoncés prospectifs se réaliseront. Nous vous mettons en garde de ne pas vous fier indûment à ces énoncés, car un certain nombre de facteurs importants pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans tout énoncé prospectif formulé. Ce rapport ne peut être reproduit, distribué ou publié sans le consentement écrit de LFC.

© 2019 par La Financière Constance Inc.

Logo35.PNG