L’arme de distraction massive



L’arme de distraction massive

Le marché continue d’être guidé par les grand titres, et l’approche de la fin d’année semble exacerber le sentiment positif.


Le franchissement des résistances sur les principaux indices actions, se traduit également par une accélération de la dynamique haussière.

Reflétant ce comportement, la volatilité implicite du marché européen s’apprécie depuis quelques jours, particulièrement sur les options d’achat.

En effet face à l’accélération haussière, les intervenants souhaitant participer à ce mouvement, préfèrent acheter des options plutôt qu’un support physique (ETF, fonds ou actions) leur permettant ainsi d’optimiser leur rendement/risque.

Cette formidable hausse est une fois encore basée sur les mêmes sujets. Nous noterons d’ailleurs qu’ils sont tantôt utilisés pour justifier une baisse de marché, tantôt pour justifier une hausse de marché, et, systématiquement pour justifier le soutien des banquiers centraux.


Cette semaine particulièrement c’est le thème de l’accord de phase 1 (si on prend la peine de la chiffrer, c’est qu’il y en aura d’autre ! qu’on se réjouisse donc) entre les chinois et les américains.

Sans détails précis sur le contenu, le marché s’abreuve des éléments, optimistes, judicieusement distillés par les protagonistes.


Ainsi, chaque jour où presque on nous annonce des « avancées positives pour la finalisation » de la phase 1, et chaque fois c’est le même résultat : Le marché s’apprécie de quelques points et vole de records en records (aux États-Unis) ou atteint des plus haut depuis 10 ans (en Europe).

Comme le marronnier de la réforme fiscale américaine, le marché réagit donc systématiquement de manière positive à une annonce qui pourtant n’a absolument rien de nouveau.

Le fameux accord (peu importe sa forme ou son nom) est célébré depuis des mois.


Si les avancés étaient d’ailleurs si « positives » il ne serait pas nécessaire que les acteurs de ses négociations annoncent chaque semaine ou presque depuis des mois que les avancées sont justement positives ! Parce que manifestement elles ne l’ont pas été tant que ça !

Sinon le fameux accord qui doit être signé la ‘semaine prochaine ‘ depuis des mois ne serait plus qu’un (bon) souvenir. Ou alors c’est parce que les semaines sont désormais des semaines de 40 jours !

Le plus ‘intéressant’ dans ces réactions de marché, c’est que le consensus est pourtant très dubitatif sur la portée de cette phase 1, considéré comme un accord a minima. Il considère ainsi qu’il faut raison garder sur les conséquences de ces avancés, tout en poussant à la hausse les indices systématiquement sur ces « avancées positives »!


Quoiqu’il en soit, ce dossier commercial pourrait être pour le Président candidat Trump, une arme de distraction massive.


Les premiers témoignages devant la commission de destitution commencent à ternir son image.

Les dégâts sont d’autant plus importants, que les témoignages sont facilement accessibles et compréhensibles, à la différence du rapport Mueller.

Même si la probabilité d’une destitution est très faible, l’impact négatif que provoquent ses auditions, à moins d’un mois des élections présidentielle (le 3 novembre), pourrait inciter le président américain à lâcher du lest sur le front commercial pour emporter un ‘combat’ économique et faire ainsi diversion.


Paradoxalement, les chinois, sont très certainement un peu moins disposé désormais à donner entière satisfaction aux Etats-Unis, alors qu’en plus leurs mesures de relances gouvernementales semblent produire les premiers effets sur la dynamique de la croissance.


Négocier avec une administration démocrate n’apporterait certes pas de grand changement sur le fonds, mais elle permettrait très certainement d’avoir une constance dans l’échange. Comme le relève régulièrement les éditoriaux des journaux du parti communiste chinois, c’est un point important.


La question commerciale est évidemment très importante, mais au-delà c’est une question de suprématie technologique, économique, géopolitique et militaire.

Dans le cadre de la politique de plan chère au communisme, l’horizon temps est donc très largement différent pour les deux rivaux. Court terme pour l’américain, très long terme pour le chinois.


Temporiser et ‘capitaliser’ sur l’adversité interne à laquelle le président Trump est confrontée, continuera d’être une des stratégies de négociation.


Ce qui devrait donc nous apporter son lot d’annonces contradictoires (encore), mais surtout, inévitablement… de nouvelles « avancées positives »

Olivier Armangau




Les thèmes de la semaine



Marchés européens

L’optimisme affiché concernant les négociations commerciales sino-américaines, se traduit par une nouvelle hausse des marchés. À noter également une hausse, mais légère, des PMI manufacturiers européens pour le mois d’octobre. L’Eurostoxx 50 s’apprécie de 1.89% supplémentaire sur la période.



3ème baisse de taux


Tel qu’attendu à l’unanimité par le consensus mercredi dernier, la Fed a baissé une nouvelle fois son taux directeur de 25 pdb, marquant une troisième baisse au cours de l’année. Le taux se situe désormais entre 1.5% et 1.75%.


Bien que l’économie américaine soit encore solide, avec une croissance du PIB pour le troisième trimestre à 1.9% (et bien au-dessus du consensus situé à 1.6%), le président de la Fed a déclaré que ces mesures ont été prises pour « aider l'économie à rester forte face à l'évolution de la conjoncture mondiale et pour fournir une certaine assurance contre les risques permanents ».


Toutefois, il semblerait qu’une pause dans le cycle de baisses de taux soit à venir. Jerome Powell a déclaré que la politique monétaire était en « bonne posture » et le communiqué du FOMC n’inclut plus la phrase clé à savoir l'engagement à « agir de manière appropriée » pour soutenir la croissance. De plus, il a ajouté qu’il faudrait « un changement notable » aux prévisions de la Fed pour bouger les taux.


Le Chili annule l’APEC et la COP25


Le président chilien Sebastian Pinera a annoncé mercredi que son pays, paralysé par les manifestations des deux dernières semaines, n'accueillera plus deux grands sommets internationaux. Les sommets en question sont le forum économique de l’APEC et le somment environnemental de la COP25 qui devaient avoir lieu en mi-novembre et début décembre respectivement.


Les protestations chiliennes ont d'abord commencé suite à une augmentation du prix des billets de métro de 30 pesos (soit 4 centimes d’euro) à Santiago, maintenant suspendue, mais le mécontentement général les a maintenus révélant la colère des Chiliens ordinaires, qui se sentent exclus de l'essor économique de la nation. Les manifestants réclament désormais des changements dans les soins de santé, l'éducation, les retraites ainsi que la constitution. À l'heure actuelle, 20 personnes ont été tuées, près de 500 blessés et les violences s'aggravent. Des personnes sont également rapportées comme disparues, rappelant la dictature militaire de Pinochet.



Guerre commerciale


Les nouvelles sur le front commercial sino-américain vont bon train cette semaine et les marchés sautent sur chaque occasion.


La semaine dernière, vendredi 1er novembre, des avancées importantes semblent avoir été faites. Le ministère chinois du Commerce a déclaré que les deux pays avaient fait des progrès dans les négociations lors d'un entretien téléphonique « sérieux et constructif » entre leurs principaux négociateurs commerciaux et les autorités américaines ont dit qu'un accord pourrait être signé ce mois-ci. De plus, l'administration Trump aurait laissé entendre qu'elle pourrait réduire de plusieurs milliards de dollars les droits de douane imposés sur les produits chinois en septembre afin de faciliter la conclusion d'un accord.


La signature de cet accord appelé « phase 1 » serait imminente d’après le président Donald Trump. Toutefois, alors que les dirigeants américain et chinois devaient se retrouver en marge du sommet de l’APEC pour potentiellement signer l'accord commercial intermédiaire, cette rencontre pourrait être reportée jusqu'en décembre dans la mesure ou les discussions se poursuivent sur les termes et le lieu du sommet, a déclaré un haut fonctionnaire de l'administration Trump.


Qu’à cela ne tienne, les marchés apprécient la probabilité d’une signature prochaine.



Aymeric Graindorge




IMPORTANT DISCLAIMER

Ce rapport est publié par La Financière Constance Inc. (LFC) le 6 novembre 2019 et s'adresse principalement aux investisseurs institutionnels. Il est fourni à titre de source générale d'information et ne doit pas être considéré comme un conseil en placement, une prévision ou une recherche, et ne constitue pas une recommandation, une offre ou une sollicitation d'achat ou de vente de titres dans un territoire quelconque ou d'adoption d'une stratégie de placement. L'information contenue dans ce rapport provient de sources jugées fiables ; cependant, l'exactitude et/ou l'exhaustivité de l'information n'est pas garantie par LFC, et LFC n'assume aucune responsabilité ou obligation de quelque nature que ce soit. Toutes les opinions exprimées sont sujettes à changement sans préavis. Les stratégies et véhicules d'investissement de LFC peuvent actuellement détenir des positions longues et/ou courtes sur les titres et dérivés mentionnés dans ce rapport. Le rendement passé n'est pas indicatif du rendement futur. Le présent rapport peut contenir des "informations prospectives" qui ne sont pas de nature purement historique. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas le rendement futur et comportent des risques et des incertitudes inhérents aux facteurs économiques généraux. Rien ne garantit que les énoncés prospectifs se réaliseront. Nous vous mettons en garde de ne pas vous fier indûment à ces énoncés, car un certain nombre de facteurs importants pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans tout énoncé prospectif formulé. Ce rapport ne peut être reproduit, distribué ou publié sans le consentement écrit de LFC.

© 2019 par La Financière Constance Inc.

Logo35.PNG