Convergence franco américaine sur l’accord nucléaire iranien ?




Convergence franco américaine sur l’accord nucléaire iranien ?


Cela va bientôt faire 2 mois que l’Italie attend son président du conseil. S’il ne fait aucun doute que l’économie d’un pays fonctionne sans les gesticulations politiques et électoralistes de leur représentant (il n’y a que les politiciens eux même et les journalistes relayant leur quotidien sans intérêt, qui sont convaincus du contraire) il est quand même envisageable qu’un gouvernement de qualité (chacun s’entendra sur sa définition de la qualité) puisse insuffler un dynamisme ou du moins un élan supplémentaire à un pays. Avant de considérer la qualité du futur gouvernement italien, il est intéressant de noter que finalement l’opportunisme et l’arrivisme sans limite du politicien est le meilleur allié du marché. Ainsi, trahissant sa base électoraliste, le mouvement populiste 5 Étoiles, après avoir flirté avec l’extrême droite, considère désormais une alliance avec le Parti Démocratique pour pouvoir sortir de l’impasse politique, certes, mais surtout pour pouvoir gouverner. Ainsi les thèmes anxiogènes comme la sortie de l’union européenne ou de la monnaie unique ne sont plus d’actualité. La raison économique l’emportera t’elle sur le romantisme et les espérances candides véhiculées par le mouvement 5 Étoiles? Rien n’est moins sûr! Le Parti Démocratique est toujours très divisé sur la question après s’être fait copieusement insulter durant la campagne (le mouvement 5 Étoiles les qualifiant de corrompus et de mafieux, entre autres) mais surtout les militants de 5 Étoiles ne sont que 25% à souhaiter un tel accord, alors que 58% d’entre eux préféraient une alliance avec la Ligua de Monsieur Salvini. Ce dernier n’ayant pas voulu rompre avec Berlusconi (qui, tout en élégance, a dit que les 5 Étoiles étaient "des bons à rien" et qu’"à Mediaset, [il] ne les prendrait même pas pour nettoyer les chiottes"; Luigi Di Maio n’a donc d’autre alternative que de tenter d’imposer le Parti Démocratique à sa base. Le marché action italien (au plus haut depuis 2009) et les écarts de taux avec l’Allemagne (dans la moyenne des 5 dernières années) ne traduisent pas, loin s’en faut, une quelconque inquiétude. La surperformance du marché italien est imputable à sa moindre sensibilité à la hausse de l’euro, à la forte représentation du secteur bancaire (en voie de convalescence et porté par le thème de la hausse des taux) et à sa valorisation (identique à celle de 2000). Performance du MIB comparé à l’Eurostoxx50 Sur le dossier iranien (le président américain s’est fixé une date limite au 12 mai pour imposer de nouvelle sanction ou confirmer l’accord), la position de la France évolue. D’un côté elle croit toujours aux vertus de l’accord nucléaire iranien et défend donc la ligne européenne, mais de l’autre elle vient de s’engager à travailler avec les États-Unis (donc dans le sens de Trump) à un nouvel accord avec l’Iran, plus large et englobant l’activité balistique iranienne. Logiquement, l’Iran et la Russie ont indiqué qu’aucune alternative à l’accord de 2015 ne pouvait être avancé. Ce revirement de position de la France, complique encore un peu plus la tâche du président iranien, modéré, qui doit faire face non seulement à la grogne économique (malgré la signature de l’accord, les conséquences économiques positives attendus ne se matérialisent guère), mais aussi aux velléités plus belliqueuses de son opposition. L’affaiblissement de l’influence iranienne dans la région semble être une priorité de plus en plus clairement affichée, elle coïncide aussi avec l’entreprise de séduction menée par le prince héritier saoudien ben Salmane. La situation au moyen orient est un thème supplémentaire qui peut impacter le sentiment de marché. Pour le moment, ce marché semble davantage préoccupé par le franchissement du seuil des 3% sur le 10 ans américain ou par la soutenabilité du rythme de croissance des bénéfices des entreprises. Il continue également de s’extasier sur le découplage européen (pourtant logique vu la composition des indices : faible poids technologique et importance des financières) et trouvera certainement un relai dans l’accès de faiblesse de l’EUR contre l’USD (qui pourrait s’accentuer avec des propos "habituels" accommodant de la BCE demain). La volatilité qui s’était replié de 23% en Europe depuis le début du mois, se tend légèrement depuis hier pour les prétextes évoqués plus haut. De même, alors que les futures Vix s’étaient normalisés la semaine passée, ils connaissent un nouvel épisode d’inversion. À noter également que les écarts de volatilité entre Europe et États-Unis continuent d’être très important. Depuis le lancement du Vstoxx en 2005, c’est la première fois que la volatilité implicite se situe en dessous de celle des États-Unis sur une période aussi longue.

Olivier Armangau




IMPORTANT DISCLAIMER

Ce rapport est publié par La Financière Constance Inc. (LFC) le 25 avril 2018 et s'adresse principalement aux investisseurs institutionnels. Il est fourni à titre de source générale d'information et ne doit pas être considéré comme un conseil en placement, une prévision ou une recherche, et ne constitue pas une recommandation, une offre ou une sollicitation d'achat ou de vente de titres dans un territoire quelconque ou d'adoption d'une stratégie de placement. L'information contenue dans ce rapport provient de sources jugées fiables ; cependant, l'exactitude et/ou l'exhaustivité de l'information n'est pas garantie par LFC, et LFC n'assume aucune responsabilité ou obligation de quelque nature que ce soit. Toutes les opinions exprimées sont sujettes à changement sans préavis. Les stratégies et véhicules d'investissement de LFC peuvent actuellement détenir des positions longues et/ou courtes sur les titres et dérivés mentionnés dans ce rapport. Le rendement passé n'est pas indicatif du rendement futur. Le présent rapport peut contenir des "informations prospectives" qui ne sont pas de nature purement historique. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas le rendement futur et comportent des risques et des incertitudes inhérents aux facteurs économiques généraux. Rien ne garantit que les énoncés prospectifs se réaliseront. Nous vous mettons en garde de ne pas vous fier indûment à ces énoncés, car un certain nombre de facteurs importants pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans tout énoncé prospectif formulé. Ce rapport ne peut être reproduit, distribué ou publié sans le consentement écrit de LFC.

© 2019 par La Financière Constance Inc.

Logo35.PNG